A propos d’Ocho apellidos vascos

A découvrir (confirmer pour les 1e spécialité) : le phénomène Ocho apellidos vascos, film de 2014

Bref reportage en français :

(Re)voir la bande annonce

Résumé : “Amaia, jeune basque, devait se marier, mais son fiancé l’a quitté à quelques semaines de la cérémonie. Les témoins avaient organisé un week-end à Séville pour fêter les derniers jours de célibataire de la fiancée! Elles décidèrent de maintenir le voyage et partent pour remonter le moral d’Amaia en Andalousie. Là-bas, Amaia rencontre Rafa, sévillan n’ayant jamais quitté son Andalousie natale! Ce qui était un coup d’un soir pour elle se révèle un début de relation pour lui.

Rafa décide de quitter le sud pour le pays basque pour retrouver Amaia. Ce voyage dans le nord est redouté (comme dans le film Bienvenue chez les Chtis) par les amis de Rafa. Amaia, loin d’être attirée par Rafa, se refuse à voir le jeune homme à son arrivée. Mais les circonstances font qu’elle devra faire passer Rafa pour son fiancé devant son père qui n’est pas au courant de l’annulation du mariage. Rafa devra se faire passer pour un basque digne de ce nom, un Basque aux 8 noms Basques…. c’est-à-dire un Basque dont les parents, les grands-parents et les arrière-grands-parents étaient tous eux aussi basques.”

 

Extrait d’un article en français mentionnant la suite du film (source): “8 apellidos catalanes” arrive sur les écrans, précédé de l´immense succès de “8 apellidos vascos”, le plus grand carton de l´histoire du cinéma espagnol. Le premier film de la saga, qui sortit en mars 2014, surpassa tous les records d´entrées et de spectateurs d´un film espagnol. La comédie, réalisée par Emilio Martínez-Lázaro a accumulé 56,2 millions d´euros, se situant comme le deuxième film ayant fait le plus d´entrées en Espagne, après “Avatar”. Avec presque 9,5 millions de spectateurs, “8 apellidos vascos” a été le long-métrage espagnol qui a duré le plus longtemps à l´affiche, en étant numéro 1 du box-office : 67 jours ! Un succès qui s´explique parce que le film a su présenter, avec courage et humour (un peu caricatural) des sujets habituellement tabous en Espagne, comme le terrorrisme ou la violence. Le film ridiculise tous les lieux communs qui ne font, finalement, que séparer les habitants des différentes régions en Espagne.

Petit lexique pour comprendre les clichés basques, andalous et… catalans :

Pour être un Basque authentique, il fau[drai]t :
– Avoir un RH négatif
– Avoir 8 arrières grand-parents dotés d´un nom de famille typiquement “basque” (avec des k ou terminés en u, comme Goikoechea ou Aramburu) et ne jamais s´appeler Fernández, García ou Sánchez
– Manger et boire comme un ogre
– Parler basque (euskera) et dire très souvent “aupa”
– Etre sportif
– Avoir un caractère plutôt dur et un tempérament révolutionnaire
– Si on est jeune, s´habiller d´une façon débraillée et porter des piercings

Pour être un Andalou authentique, il fau[drai]t :
– Danser et chanter tout le temps (en disant “olé”)
– Porter les cheveux en arrière avec de la gomina
– Avoir une sympathie naturelle et être très extraverti
– Etre très dévot et prier toutes les vierges et tous les saints possibles
– Dire que la meilleure ville du monde est Séville
– Raconter toujours des blagues à tout bout de champ
– Etre vantard

Pour être un Catalan authentique, il fau[drai]t :
– Etre un peu snob
– Se montrer comme un intellectuel, très branché
– Déclarer son indépendentisme
– Boycotter tout ce qui est espagnol
– Parler presque toujours en catalan
– Dire que ce qui est français est mieux que ce qui est espagnol ou bien se sentir plus “européen” que le reste des Espagnols.
– Avoir comme philosophie de vie que “la pela es la pela” (“Un sou est un sou”) [= être radin]
– Aimer, par dessus tout, les “Calçots” (oignons passés au four) et la butifarra (le boudin catalan).

D´où viennent les “apellidos” (noms de famille) basques du titre original ?
“Gabilondo, Urdangarin, Zubizarreta, Arguiñano, Igartiburu, Erentxun, Otegi… y Clemente” (ce dernier n´est pas basque). Rafa commet une erreur quand il veut démontrer à son beau-père qu´il est un basque authentique, à 8 noms basques. Il improvise ces 8 “apellidos” qu´il n´a évidemment pas, en s´inspirant de personnalités basques de la société espagnole. Mais qui sont-elles ?

Gabilondo : Iñaki Gabilondo est un journaliste espagnol, spécialisé dans le domaine politique, qui a écrit pour El País et a présenté des émissions à la télé, sur Canal+.
Urdangarin : Iñaki Urdangarín est connu pour être le mari de l´infante Cristina de Borbón, sœur du roi Felipe VI. Urdangarín est poursuivi, actuellement, en justice pour détournement de fonds.
Zubizarreta : Andoni Zubizarreta est un ex-footballeur (gardien de but) et ex-directeur sportif du FC Barcelone.
Arguiñano : Karlos Arguiñano est un chef de cuisine, présentateur à la télé, acteur et entrepreneur.
Igartiburu : Anne Igartiburu est une présentatrice de télévision et actrice. Actuellement, elle presente à la TVE, “Corazón”, une émission people.
Erentxun : Mikel Erentxun est un chanteur qui appartenait à un groupe très connu de la Movida, “Duncan Dhu”.
Otegi : Arnaldo Otegi est un politicien, actuellement en prison (il fut parlementaire du groupe Herri Batasuna, les indépendentiste basques).
Clemente : Javier Clemente est un ex-footballeur et entraîneur. Bien qu´il soit basque, né à Bilbao, son nom de famille n´est pas authentiquement basque. D´où l´erreur de Rafa!”

Pour les 1e spécialité, pour aller plus loin (par exemple pour votre carnet de culture), voir et/ou chercher des informations sur le thriller El lobo de Miguel Courtois (2004) et comparer les deux films.

Laisser un commentaire