Sommaire du travail d’aujourd’hui, à effectuer pour samedi 25 avril.

Revoir contenu précédent

VIVIR QUINTANA + LEMAS DE ¡NI UNA MENOS!

  • Point de langue sur le subjonctif

Rappel : qu’est-ce que le présent du subjonctif en espagnol, à quoi sert-il et comment se forme-t-il (réguliers et irréguliers)

  • Point de langue sur les impératifs en espagnol

Rappel : l’existence de deux impératifs différents en espagnol, qui sont l’impératif d’ordre : « fais ceci », formé avec l’impératif ; et l’impératif de défense : « ne fais pas cela », formé avec une négation + le subjonctif présent

  • Double activité d’application sur les slogans (lemas) du mouvement ¡Ni una menos!

En cas de problème commentez ici, envoyez-moi un mail ou un message sur Pronote.

Vous pouvez directement faire ou copier-coller votre travail en commentaires de cet article (ils sont soumis à modération et donc invisibles après envoi), me le rendre par Pronote ou par mail.

Bon courage, bon travail et prenez soin de vous !

____________

_______________

  • Point de langue sur le subjonctif

Rappel : qu’est-ce que le présent du subjonctif en espagnol, à quoi sert-il et comment se forme-t-il (réguliers et irréguliers)

Qu’est-ce que le présent du subjonctif et à quoi sert-il ?

Le subjonctif présent est un mode verbal qui s’utilise dans beaucoup de cas différents en espagnol, bien plus qu’en français.

=> pour exprimer le souhait de manière hypothétique
 => Espero que tus vacaciones se pasen bien. = J’espère que tes vacances se passeront bien.
 (ici, le français n’emploie pas le subjonctif mais le futur)

=> après les verbes exprimant le désir, la crainte, la volonté
=> Quiero que me des este libro. = Je veux que tu me donnes ce livre.
 (ici, le français emploie le subjonctif)

=> après les expressions indiquant la nécessité=> 
Es preciso que prepares la comida. = Il faut que tu prépares le repas. (ici, le français emploie le subjonctif)

=> dans des subordonnées indiquant le but => 
Mi madre me da dinero para que yo compre pan. = Ma mère m’a donné de l’argent pour que j’achète du pain.

  (ici, le français emploie le subjonctif)

=> pour exprimer une hypothèse : acaso, tal vez, quizás (peut-être) => 
Si va a la tienda mañana tal vez te lo compre.= S’il va à la boutique demain, peut-être te l’achètera-t-il.

  (ici, le français n’emploie PAS le subjonctif mais le futur)

=> pour exprimer une éventualité : aunque (même si), por más que (avoir beau), como (comme + futur / si – si jamais)
 Aunque te lo diga no comprenderás. = Même s’il te le dit, tu ne comprendras pas.

  (ici, le français n’emploie PAS le subjonctif mais le présent de l’indicatif)

=> après les verbes exprimant une demande, une prière, un ordre ou une interdiction 
=> Su madre le pide que ordene su habitación. = Sa mère lui demande de ranger sa chambre. (ici, le français n’emploie PAS le subjonctif mais une construction avec l’infinitif)

=> dans les subordonnées de temps : le subjonctif exprime l’idée du futur après cuando, luego que, en cuanto, así como, tan pronto como, mientras, conforme, según
 => Cuando llegue en Barcelona, iré a visitar La Sagrada Familia. = Quand j’arriverai à Barcelone, j’irai visiter La Sagrada Familia.

  (ici, le français n’emploie PAS le subjonctif mais le futur)

=> dans les subordonnées de manière ou de comparaison : le subjonctif exprime l’idée du futur après como, cuanto más, cuanto menos
 => Haremos como queramos. = Nous ferons comme nous voudrons.

  (ici, le français n’emploie PAS le subjonctif mais le futur)

=> dans les subordonnées relatives : lorsque le futur dans une subordonnée relative à une valeur d’éventualité en français, en espagnol, il se traduit par un subjonctif présent.
 => Haremos todo lo que podamos. = Nous ferons tout ce que nous pourrons. (ici, le français n’emploie PAS le subjonctif mais le futur)

Comment se forme-t-il ?

Pour les verbes réguliers, on forme le subjonctif présent en gardant le radical du verbe et en ajoutant les terminaisons suivantes :

  • Pour les verbes en –AR : -e, -es, -e, -emos, -éis, -en
  • Pour les verbes en –ER ou –IR : -a, -as, -a, -amos, -áis, -an

= il se produit une inversion des voyelles par rapport au présent de l’indicatif où les verbes en A font une conjugaison en A.

Important : les diphtongues et les affaiblissements se conservent.

On trouve ensuite toute une série de verbes irréguliers comme par exemple TENER, PONER, CAER que l’on appelle les verbes en « ga » (ceux qui font une conjugaison en go à la première personne du singulier au présent de l’indicatif)

 

  • Point de langue sur les impératifs en espagnol

Rappel : l’existence de deux impératifs différents en espagnol, qui sont l’impératif d’ordre : « fais ceci », formé avec l’impératif ; et l’impératif de défense : « ne fais pas cela », formé avec une négation + le subjonctif présent.

L’IMPÉRATIF

L’espagnol ne dispose que de deux véritables formes à l’impératif pour exprimer l’ordre:

– la deuxième personne du singulier ( tú)

– la deuxième personne du pluriel (vosotros)

FORMATION :

Tú : 2ème pers.de l’indicatif présent sans le S-final

Parler : hablar ==habla        Manger : comer ==come                  Ecrire : escribir ==escribe

Vosotros/as : l’infinitif en mettant un « D » à la place du R-final.

Parler : hablar ==hablad    Manger : comer==comed         Ecrire : escribir == escribid

Formes irrégulières -seulement à la deuxième personne du singulier !!!

Decir hacer ir poner salir ser venir tener => Di haz ve pon sal sé ven ten ; Decid haced id poned salid sed venid tened

Les formes manquantes ( la première personne du pluriel Nosotros/as et les deux formes de politesse Usted y Ustedes) sont empruntées au subjonctif.

Hablar : usted hable, nosotros/as hablemos, ustedes hablen

Comer : usted coma, nosotros/as comamos, ustedes coman

Escribir : usted escriba, nosotros/as escribamos, ustedes escriban

ATTENTION : La défense, l’interdiction est toujours exprimée par le subjonctif associé à une négation.

 

Activité de langue de la séance précédente : le subjonctif et l’impératif dans la chanson de Vivir Quintana (si vous n’avez pas encore fait l’exercice de la séance précédente, ou si vous êtes plus à l’aise après ce rappel, vous pouvez la réaliser maintenant avant de lire ce qui suit)

 

 

 

 

 

 

Prêt(e)s ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Êtes-vous certain(e)s d’avoir fini l’exercice de repérage sérieusement ?

 

 

 

 

 

 

Alors correction :

Vers 1 : Que tiemblen el estado, los cielos, las calles => ‘Que tremblent l’état, les cieux, les rues’ est un emploi du subjonctif (verbe à diphtongue TEMBLAR*). On emploie le subjonctif dans cette tournure en français comme en espagnol car un verbe de volonté est sous-entendu au début de la phrase « [je veux] que l’état, les cieux, les rues tremblent » ou encore « [pourvu que] que l’état, les cieux, les rues tremblent », « [faites que] que l’état, les cieux, les rues tremblent » et caetera. Il s’agit là du premier cas de figure présenté dans la synthèse sur l’emploi du subjonctif : l’expression de la volonté, du désir.

Même repérage pour le verbe du vers 2 Que teman (verbe TEMER, qui signifie « avoir peur »)

On retrouve le premier subjonctif employé comme impératif de défense juste avant le refrain : no olvide sus nombres, por favor, señor presidente : n’oubliez pas leurs noms (rappel : ici il s’agit du vouvoiement de politesse avec usted)

A la fin du refrain : que retumbe fuerte (autre subjonctif exprimant un souhait, un désir) et que caiga el feminicida (verbe CAER*, irrégulier mentionné plus haut)

LEMAS DE ¡NI UNA MENOS!

Document complémentaire : le mouvement ¡Ni una menos!(à lire pour contextualisation)

El epicentro del terremoto feminista que está transformando Argentina se registró el 11 de mayo de 2015 en Twitter. Ese día, la policía localizó el cadáver de Chiara Páez, una adolescente de 14 años embarazada [enceinte] que había sido golpeada [avait été battue, frappée] hasta la muerte y enterrada en el patio de los abuelos de su novio. En medio de la indignación generalizada de todo el país, la periodista Marcela Ojeda lanzó un desafío [défi]: “Actrices, políticas, artistas, empresarias, referentes sociales … mujeres, todas, bah.. ¿no vamos a levantar la voz? NOS ESTAN MATANDO”. Una colega respondió a su tuit con la propuesta de convocar una gran movilización. La aceptación fue inmediata y a los pocos días se fijaba [étaient fixées] una fecha y una consigna que cinco años después sigue vigente [est toujours d’actualité]: 3 de junio, Ni Una Menos. En esa primera marcha, decenas de miles de mujeres de las más variadas edades, extracto social e ideología tomaron las calles para exigir el fin de los feminicidios, la forma más extrema de violencia machista. […] « Ni Una Menos », « Vivas nos queremos », podía leerse en pancartas, camisetas, pañuelos [foulards] y mochilas  [sacs] de quienes se concentraron hoy en el centro de Buenos Aires. Los asesinatos de mujeres por el hecho de ser mujeres no han disminuido en los últimos cinco años, pero se han creado registros oficiales y se ha generalizado la condena [condamnation] social.

Source : https://elpais.com/sociedad/2019/06/03/actualidad/1559590094_787207.html

 

  • Double activité d’application sur les slogans (lemas) du mouvement ¡Ni una menos!

1. Traduisez les phrases suivantes (slogans authentiques du mouvement). ATTENTION les corrections sont fournies plus bas, terminez-les avant de passer à l’exercice suivant.

Les traductions exactes sont quasi impossibles à trouver à l’identique, n’hésitez donc pas à me faire parvenir vos propositions pour que je vous dise si elles sont correctes ou non (en commentant cet article de blog – les commentaires sont soumis à modération et donc invisibles après envoi tant que je ne les ai pas validés), me les rendre par Pronote ou par mail.

Cet exercice est un exemple de thème grammatical, c’est-à-dire une traduction depuis votre langue maternelle vers la langue que vous étudiez (thème, en opposition à la version : depuis la langue que vous étudiez vers votre langue maternelle) axé pour vous faire travailler un point de grammaire particulier.

Pour ceux envisageant une orientation en LEA, en BTS Commerce international, Tourisme ou en classe préparatoire, le thème grammatical est un exercice que vous pratiquerez régulièrement lors de vos études supérieures.

 

a. Si un jour je ne rentre pas à la maison, n’allume pas des bougies, allume des barricades.

b. Je ne désire pas que les femmes aient le pouvoir sur les hommes mais sur elles-mêmes.

c. ça suffit ! Arrêtez de nous tuer.

d. Cessez de nous tuer.

e. Excusez le dérangement, mais on est en train de nous assassiner.

f. Elles dorment, (toi) réveille-toi.

 

 

 

CORRECTION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

êtes-vous certain(e)s de vouloir voir la correction maintenant ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pas de regret ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avez-vous bien pensé à m’envoyer vos propositions pour que je vous corrige et conseille ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très bien alors !

a. Si un jour je ne rentre pas à la maison, n’allume pas des bougies, allume des barricades.

Commentaire : le verbe « prender » est à la fois utiliser pour signifier « allumer » (on peut également employer le verbe » encender ») que pour prendre. Il s’agit donc d’un jeu de mot (prender velas – les bougies de veillée funèbre – ou barricadas).

Ici, un impératif de défense (n’allume pas) = négation + subjonctif suivi d’un impératif d’ordre (allume) = impératif.

b. Je ne désire pas que les femmes aient le pouvoir sur les hommes mais sur elles-mêmes.

Commentaire : TENER, verbe irrégulier donne « tenga » au subjonctif présent.

Rappel concernant « sino » pour marquer l’opposition après un début de phrase négative (proposition subordonnée) : je n’aime pas les bananes MAIS le chocolat, etc.

 

c. ça suffit ! Arrêtez de nous tuer.

Commentaire  : rappel du phénomène de l’enclise à l’infinitif. En français NOUS tuer, le COD reste devant. En espagnol « matarnos », le COD passe derrière et s’écrit collé au verbe.

 

d. Cessez de nous tuer.

Commentaire : DEJAR / PARAR, deux verbes signifiant arrêter / cesser.

e. Excusez le dérangement, mais on est en train de nous assassiner.

Commentaire : « disculpar » (excuser) est ici à l’impératif. Le verbe « asesinar » (un seul s, jamais 2 s en espagnol) est ici au gérondif / participe présent (équivalent de la forme anglaise be + ing) pour indiquer une action en train de se dérouler. Le « on » indéfini (« on est en train de nous assassiner ») est traduit par la 3e personne du pluriel.

f. Elles dorment, (toi) réveille-toi.Commentaire : le verbe « DESPERTAR » (se réveiller) est un verbe à diphtongue, ici à l’impératif.

 

2. En vous inspirant des slogans ci-dessus, imaginez 3 phrases choc employant le subjonctif, l’impératif d’ordre ou de défense qui pourraient convenir au mouvement ¡Ni una menos! Pensez à indiquer votre traduction en français. Rendez le travail en commentant cet article de blog – les commentaires sont soumis à modération et donc invisibles après envoi tant que je ne les ai pas validés),  par Pronote ou par mail. C’est à vous !

 

La suite samedi 25/04 (avec Las tesis). (edit : la suite ici)

D’ici là, gardez le cap, n’hésitez pas à contacter vos professeurs principaux préférés en cas de difficulté, prenez soin de vous et RESTEZ CHEZ VOUS !

Laisser un commentaire